Journée mondiale de la contraception

World Contraception Day 2020 – Progress in the Democratic Republic of Congo


La journée mondiale de la contraception est l’une de nos jours préférés de l’année. Chaque 26 Septembre marque une étape de plus vers un monde où chaque grossesse est souhaitée, la mission étant d’améliorer la prise de conscience des jeunes vis-à-vis toutes les méthodes de contraception disponibles et leur permettre de faire des choix éclairés sur leur santé sexuelle et reproductive. De cela résultent moins de décès maternels, moins d’avortements dangereux et une plus grande équité et prospérité pour les femmes partout. 

La promotion de la contraception parmi les adolescents et jeunes constitue le scabellon de l’existence du Youth Alliance for Reproductive Health (YARH-DRC), qui, ne cesse d’organiser des activités de sensibilisation pour cette cause.

Pour le moment, il y a environ 225 million de femmes et filles dans le monde qui souhaiteraient éviter la grossesse, mais n’utilisent pas des méthodes de contraception efficaces. Et ce nombre n’inclut pas les hommes, dont beaucoup sont du même acabit.

Des différences substantielles dans l’utilisation de la contraception moderne sont évidentes à travers les pays. En effet, les niveaux d’utilisation les plus faibles sont trouvés dans de nombreux pays les plus pauvres du monde, tels que la République Démocratique du Congo, où moins de 15% des femmes mariées en âge de procréer utilisent une méthode moderne. (2019 Family Planning Data Sheet Highlights)

Bien que les raisons de cela soient multiples, les coûts et la disponibilité de la contraception restent des obstacles majeurs. Inopportunément, la crise sanitaire provoquée par la pandémie de COVID-19 a de plus avivé cette question. 

En somme, la pandémie de COVID-19 a eu un impact important sur les services de planification familiale. La production a été coupée et les chaines d’approvisionnement ont été perturbées ; les cliniques ont fermé ou limité leurs services, particulièrement dans les pays ayant des ressources limitées, où les femmes et les adolescents ne peuvent pas se rendre à des fournisseurs de soins de santé compétents.

L’accès à la planification familiale est un droit humain protégé par le droit international et les Etats doivent continuer à y assurer même pendant la pandémie de COVID-19, ont déclaré les experts des droits de l’homme des Nations Unies.

Les restrictions imposées à la liberté de circulation pour la lutte contre la pandémie ne doivent empêcher personne d’obtenir des informations dont Il/elle a besoin et un accès rapide aux établissements de soins de santé. Ceux-ci fournissent des services essentiels tels que le dépistage et la gestion des infections sexuellement transmissibles, le soutien aux victimes sexuelles ou de viol, des avortements sûrs, ainsi que des préservatifs des hommes et des femmes ou d’autres formes de planification familiale.

Le choix et l’accès à la planification familiale sont au cœur de l’autonomie de la reproduction individuelle et d’atteindre les objectifs de développement durable de l’ONU sur l’égalité des sexes, et la santé et le bien-être, en particulier ceux qui visent à assurer l’accès universel aux droits de santé sexuelle et reproductive et à réduire la mortalité maternelle.

Au demeurant, l’efficacité du recours à la promotion de la contraception pour combattre les grossesses précoces chez les adolescentes a été établie. En prévenant les grossesses précoces et non désirées, la contraception peut aider à réduire la morbidité et la mortalité chez la mère et le nouveau-né et à réduire la nécessité de recourir à des avortements dangereux.
De ce fait, les gouvernements nationaux doivent honorer leur responsabilité d’accroitre leur financement et de garantir l’accès à la contraception et aux soins de santé. Les donateurs doivent également continuer et intensifier leur soutien. Des millions de femmes et de filles en dépendent.

En ce jour, YARH-DRC réitère son engagement à faire en sorte que la pandémie de COVID-19 ne signifie pas la fin de l’accès des populations à la contraception. Nous veillerons à plaider et à travailler avec d’autres acteurs clés pour souligner combien la contraception est une composante essentielle des soins de santé des femmes et des filles.

4 thoughts on “Journée mondiale de la contraception”

  1. Oui, la planification familiale peut permettre de reduire en Elle seule 30% de décès maternels. Il est Donc impérieux d’intensifier les services PF à base communautaire.

  2. L’expansion de la contraception est un impératif si nous voulons mettre fin à la grossesse chez les adolescentes en Rdc. Cela permettra aux jeunes de contrôler le moment de tomber enceinte.

  3. Dr. Amos, first am not against the use of contraceptive on teenager .
    As you previously said it lower the risk of pregnancy to young people.but on my opinion and after hearing many complaint of the use of some contraceptive methods, consequence and side effect I think not all method of contraception can be used on young people especially the contraceptive implant , the ring , sterilisation and inject. Am totally okay of the promotion of CD( condoms ) and somehow the pills. But those ones cited I don’t agree. This is my opinion. Thought Good article😍

    1. Thank you Lydia for the comment. The choice of which family planning to use is dependent on every individual’ preference. And yes you’re right, Condoms and oral contraceptive pills are some of the easiest methods of Contraception.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *