RELEVER LES DÉFIS DE LA SANTÉ SEXUELLE ET REPRODUCTIVE DES ADOLESCENTS ET JEUNES PANDANT COVID-19

Depuis décembre 2019, le monde est talonné par le coronavirus, responsable du Covid-19. En effet, l’impact de ce virus se fait sentir globalement sur toutes les couches et sur toutes les générations. Tous les secteurs sont touchés, en particulier celui de la santé qui, se heurte à un certain nombre de défis notamment dans le domaine de la santé sexuelle et reproductive.

En vue de Relever les défis de la Santé Sexuelle et Reproductive des adolescents et jeunes pendant cette période de crise sanitaire mondiale et de partager les expériences sur la façon dont les jeunes font face aux impacts du Covid-19 sur leurs activités, en la date du 10 mai 2020 et par initiative du Youth Alliance for Reproductive Health, un panel digital a été organisé sur Twitter.

Ce panel était constitué de 11 jeunes leaders de la sous-région. Objectif, discuter et trouver des axes de solutions des défis du coronavirus sur la santé sexuelle et reproductive chez les jeunes. Ajoutons que ce panel a été un filon de partage d’expériences et de bonnes pratiques dans ce contexte de Covid-19 entre les différents pays représentés.

Les panelistes issus des pays d’Afrique occidentale, centrale et australe font partie des organisations de jeunes œuvrant dans le secteur des droits en santé sexuelle et reproductive dans leurs pays respectifs et dont la présentation complète peut être consultée en suivant le lien ci-dessous : https://twitter.com/yarhdrc/status/1259544545815080962

Rappelons que les interventions ont tourné autour de six principales questions dont:

Quels sont les impacts de la gestion du COVID-19 (mesures gouvernementales) sur vos activités dirigées vers les jeunes et les adolescents ?

A cette question, les pénalistes ont observé une diminution voir même l’impossibilité de mener des activités de sensibilisation ou d’organiser des activités sur le terrain. Cet état de fait est dû aux nombreuses mesures sanitaires dont l’interdiction des regroupements et la distanciation sociale recommandée par les autorités de la santé publique.

Quels sont les défis auxquels les jeunes sont confrontés en matière de SSR/PF au cours de cette période?

A ce niveau, les panélistes ont fait ressortir entre autres le besoin d’espaces adaptés aux sensibilisations en matière de santé de la reproduction, ce qui constitue un grand défi en matière d’accessibilité aux services conviviaux de SSR.

Quelles stratégies mettre en place pour amener les jeunes à se préserver du COVID-19 et de ses effets dévastateurs sur la santé sexuelle et reproductive?

Nos pénalistes restent convaincus que les télé-soins et les sensibilisations virtuelles notamment sur les réseaux sociaux restent des options envisageables pendant cette période de pandémie, mais l’accès à l’internet reste un gros défi dans nos communautés et par conséquent l’utilisation de l’approche de proximité peut être une option à prendre en compte.

L’ONU Femme rapporte qu’il y a une augmentation des cas de VBG, selon vous quelle est la meilleure approche pour y remédier?

Suite au confinement les familles passent plus de temps ensemble que d’habitude et malheureusement le nombre des VBG a fortement augmenté. Par conséquent, les panélistes ont estimé qu’il est primordial de sensibiliser et d’encourager toute personne à dénoncer toute situation de violence. Et les lignes vertes existantes à cet effet se présentent comme des atouts.

Quel peut être l’apport des jeunes dans la réduction des risques liés à COVID-19 et dans le maintien de l’offre de services SSR/PF à leurs pairs pendant cette période ?

Les jeunes ont un rôle important à jouer pendant cette période de pandémie. La mobilisation citoyenne des jeunes autour de cette crise sanitaire à travers les sensibilisations sur les vrais dangers du Coronavirus et l’importance de respecter les mesures d’hygiène sont des actions primordiales à propulser. En outre, nos panélistes ont ajouté que, suivre toutes les recommandations des autorités de la santé publique et impliquer les jeunes eux-mêmes dans les actions contre la pandémie reste une des meilleures options. Cependant, ils ont terminé en ajoutant que les difficultés d’accès aux services de SSR/PF doivent être inscrits comme conséquences directes du Covid-19 en vue de permettre une meilleure prise en compte des aspects de SSR/PF dans les actions de luttes contre le virus.

Quelles recommandations faites-vous aux gouvernements, aux organisations de la société civile et aux mouvements des jeunes pour l’intégration des jeunes dans la réponse contre le Covid-19?

A cette question, nos panélistes ont été invités à proposer des recommandations aux autorités de leurs pays en les taguant sur toutes les publications contenants éventuellement des recommandations. L’objectif était de proposer un certain nombre de solutions à prendre en compte dans la lutte contre la pandémie à Coronavirus. De la veille citoyenne aux OSC en passant par l’implication des jeunes dans les actions contre le Covid-19 sont entre autres les recommandations ressorties à ce panel digital.

Alors que la réponse COVID-19 devra répondre aux priorités et aux besoins des adolescents et des jeunes, ils ne doivent pas seulement être considérés comme des populations affectées mais également comme des partenaires très efficaces dans les efforts de COVID-19. Ils peuvent s’engager de manière significative pour être des éducateurs et des agents de changement parmi leurs pairs et dans leurs communautés. Pour cela, les parties prenantes doivent être encouragées à valoriser les adolescents et les jeunes, à les approcher sur un pied d’égalité, à respecter leurs opinions et à leur faire part dans la réponse à cette cause. Travailler aux côtés des jeunes contribuera à combler les clivages intergénérationnels et à promouvoir la solidarité entre les groupes d’âge.

En conclusion pour nos panélistes, la sensibilisation virtuelle reste un moyen très efficace à exploiter pendant cette période de crise. Il est aussi important d’encourager tout le monde à dénoncer les VBG. Nos panélistes insiste que les SSR/PF soit considéré comme service essentiel pendant cette période de Covid-19 car nécessaire et doit être accessible pour tous les jeunes d’une façons équitable et à tout moment.

Par Justin Munana et Reine Stéphanie Thiombiano

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *